Menu

Maladie de Lapeyronie
  01 42 77 14 53

Adénome de Prostate - Traitement

Auteur : Docteur Marc Galiano - Date de dernière mise à jour : 11 juin 2018

La prise en charge initiale est le plus souvent sous la responsabilité de votre médecin traitant.

L’urologue est sollicité dans un deuxième temps quand le traitement médical ne fonctionne plus (ou pas correctement) ou lorsque l’adénome se complique.

Les complications de l’adénome nécessitant une prise en charge urologique sont :

  • le saignement répété (hématurie macroscopique)
  • les infections urinaires à répétitions (prostatite, épididymite, orchite, pyélonéphrite)
  • le blocage urinaire (rétention aiguë ou chronique d’urine)
  • les calculs intra-vesicaux

 

LE TRAITEMENT MÉDICAL

Il existe 4 classes de traitements pour l’adénome :

  • la phytothérapie, qui agit comme décongestionnant pelvien, sans effet secondaire.
  • les alpha bloquants qui favorisent le relâchement du col de la vessie avec des risques de troubles de l’éjaculation et d’hypotension.
  • les inhibiteurs de la 5 alpha-réductase qui diminuent le volume prostatique avec des risques sur la libido et une modification du PSA
  • les inhibiteurs de la phosphodiesterase de type 5 qui favorisent le relâchement du col de la vessie et favorisent les érections mais il y a encore peu d’études scientifiques sur le sujet.

Tous ces traitements ont une efficacité et des effets secondaires différents, c’est pour cela qu’il faudra régulièrement faire une évaluation avec votre médecin traitant ou votre urologue. Ils pourront éventuellement changer de molécules ou bien réaliser des associations de médicaments.

 

LE TRAITEMENT CHIRURGICAL

La chirurgie est proposée en cas d’échec du traitement ou de complications. Son objectif est de réduire mécaniquement le volume de l’adénome.

Plusieurs techniques sont utilisées :

  • la vapeur d’eau ou rezum
  • la vaporisation laser
  • l’adenomectomie chirurgicale

REZUM https://www.youtube.com/watch?v=RXAaprzV6V8

 

La vapeur d’eau est un tout nouveau traitement en France mais connu et reconnu depuis de nombreuses années aux Etats Unis et en Europe.

Le principe est de réduire le volume de l’adénome par la diffusion de vapeur d’eau dans le tissu prostatique.

Ce traitement permet de réduire en moyenne de 50% les symptômes urinaires tout en conservant les fonctions sexuelles (érection et éjaculation) et sans incontinence urinaire.

Cette intervention se déroule uniquement en chirurgie ambulatoire

 

Avant l’intervention

 

Une consultation d’anesthésie est indispensable car l’intervention se fait sous une courte anesthésie générale.

Un examen des urines vous sera demandé et devra être négatif le jour de l’opération.

Vous devrez prévoir la venue d’une infirmière en post-opératoire, à la date que votre chirurgien vous précisera lors de la consultation, pour retirer à la maison votre sonde urinaire.

Un questionnaire IPSS devra être complété :http://www.urofrance.org/fileadmin/medias/scores/score-IPSS.pdf

 

L’intervention

 

Sa durée moyenne est d’une demi-heure.

Une sonde vésicale sera posée à la fin de l’intervention pour une durée de quelques jours pour prévenir le risque de blocage urinaire.

 

Apres l’intervention

 

Vous sortirez le jour même avec votre sonde en place qui sera retirée par une infirmière à votre domicile.

Vous prendrez un alfa bloquant pendant 1 mois et un anti-inflammatoire pendant 5 jours.

Les effets secondaires qui pourraient survenir et vous gêner quelques jours sont les suivants :

  • brûlures en urinant
  • saignement en début de miction sous forme de quelques gouttes
  • douleur périnéale (dans la région de l’anus)
  • envies pressantes d’uriner

Le chirurgien vous reverra 2 mois plus tard avec un ECBU et un questionnaire IPSS.

 

LA VAPORISATION LASER 

 

Le traitement repose sur la transformation du tissu prostatique en vapeur d’eau.

Il y a deux interventions possibles. La première consiste à vaporiser l’adénome pour ouvrir le canal urinaire. L’autre consiste à découper (énucléer) l’adénome en gros morceaux et ensuite le fragmenter en petits morceaux dans la vessie.

 

La première technique est réservée aux petits adénomes (moins de 50g) et la deuxième pour des adénomes entre 50 et 80g

Ces deux interventions permettent de retrouver une qualité mictionnelle excellente mais ont pour effets secondaires l’éjaculation rétrograde (éjaculation de sperme dans la vessie au moment de l’orgasme) dans presque tous les cas et pour l’énucléation il existe un risque d’incontinence urinaire passagère.

 

Ces interventions peuvent se faire en chirurgie ambulatoire ou en hospitalisation de courte durée (2 jours)

 

 

Avant l’intervention

 

Une consultation d’anesthésie est indispensable car l’intervention se fait sous une courte anesthésie générale.

Un examen des urines vous sera demandé et devra être négatif le jour de l’opération.

Vous devrez prévenir une infermière qui viendra vous voir après l’intervention à la date que votre chirurgien vous précisera lors de la consultation pour retirer à la maison votre sonde urinaire.

Un questionnaire IPSS devra être complété http://www.urofrance.org/fileadmin/medias/scores/score-IPSS.pdf

 

L’intervention

 

Sa durée moyenne est d’une heure.

Une sonde vésicale sera posée à la fin de l’intervention pour une durée de quelques jours pour prévenir le risque de blocage urinaire.

 

Apres l’intervention

 

Vous sortirez le jour même avec votre sonde en place qui sera retirée par une infirmière à votre domicile.

Vous prendrez un alfa bloquant pendant 1 mois et un anti-inflammatoire pendant 5 jours.

Les effets secondaires qui pourraient survenir et vous gêner quelques jours sont les suivants :

  • Brulures en urinant
  • Saignement en urinant
  • Douleur périnéale (dans la région de l’anus)
  • Des envies pressantes d’uriner

Les complications sont le blocage urinaire à cause d’un œdème persistant ou par un saignement avec des gros caillots.

L’infection urinaire avec de la fièvre

Le chirurgien vous reverra 2 mois plus tard avec un ECBU et un questionnaire IPSS

 

L’adénectomie chirurgicale

Elle se réalise soit en célioscopie soit en robotique.

 

Elle consiste à retirer tout l’adénome en passant par l’abdomen à l’aide d’instruments très fins.

C’est une intervention qui concerne les adénomes de la prostate de plus de 80g.

Cette opération nécessite de 4 à 5 jours d’hospitalisation.

Elle a pour effet secondaire de provoquer une éjaculation rétrograde (éjaculation de sperme dans la vessie au moment de l’orgasme) dans 100% des cas.

 

Avant l’intervention

 

Une consultation d’anesthésie est indispensable car l’intervention se fait sous anesthésie générale.

Un examen des urines vous sera demandé et devra être négatif le jour de l’opération.

Un questionnaire IPSS devra être complété avant l’opération ainsi qu’une échographie de la prostate

http://www.urofrance.org/fileadmin/medias/scores/score-IPSS.pdf

 

L’intervention

Sa durée moyenne est de 2 heures.

Une sonde vésicale sera posée à la fin de l’intervention pour une durée de quelques jours pour prévenir le risque de blocage urinaire et de saignement.

La sonde sera retirée avant votre départ de la clinique.

 

Apres l’intervention

Vous prendrez un alfa bloquant pendant 1 mois, un anti-inflammatoire pendant 5 jours et un antiseptique urinaire 1 fois par semaine.

Les effets secondaires qui pourraient survenir et vous gêner quelques jours sont les suivants :

  • Brûlures en urinant
  • Saignement en urinant
  • Douleur périnéale (dans la région de l’anus)
  • Des envies pressantes d’uriner

Les complications sont

  • le blocage urinaire à cause d’un oedeme persistant ou par un saignement avec des gros caillots.
  • L’infection urinaire avec de la fièvre

Le chirurgien vous reverra 2 mois plus tard avec un ECBU et un questionnaire IPSS

YOUTUBE

Présentation du Docteur Marc Galiano


CABINET MEDICAL

17 RUE DE CHATEAUDUN
75009 PARIS